Accueil du site > Guide pays > faune flore > Grenouilles

 

Grenouille Blue Jeans Dart

Grenouille bleue du Costa Rica

Grenouille jaune, Costa Rica

Grenouille rouge, Costa Rica

Grenouille aux yeux rouges, Costa Rica

Les grenouilles en voie de disparition

"Les grenouilles et les crapauds ne sont ni aussi majestueux que les tigres, ni aussi beaux que les papillons. Mais, depuis 180 millions d’années, ils jouent un rôle important dans le cycle de la vie au sens large", souligne The New York Times.

Ainsi, c’est grâce à ces batraciens que "nos maisons et nos aires de jeu ne sont pas infestées de moustiques car [ils] les mangent. De même, sans les œufs de grenouilles et les têtards, les poissons et les oiseaux maritimes auraient délaissé les lacs et les mares."

On constate cependant une diminution, voire une extinction massive, des populations de grenouilles et, plus généralement, d’amphibiens dans diverses régions de la planète, poursuit le quotidien américain. En effet, la plupart d’entre eux vivant en milieux aquatique et terrestre, ils se trouvent exposés à plusieurs menaces : destruction de l’habitat, pollution par les produits chimiques, détérioration de la couche d’ozone, et enfin, "l’immense appétit des hommes pour leurs savoureuses et délicates jambes".

Et comme si cela ne suffisait pas, une nouvelle menace est apparue : un champignon portant le nom impressionnant de Batrachochytrium dendrobatidis aurait causé une mortalité importante, notamment en Australie et en Amérique centrale et du Nord. Au Costa Rica et au Panama, les trois-quarts des espèces répertoriées se sont raréfiés suite à l’infection mortelle provoquée par ce champignon. On craint fort de voir disparaître la - déjà rare - grenouille dorée du Panama.

De même, on a constaté la disparition du crapaud doré, au Costa Rica. En Australie, 46 espèces d’amphibiens ont été infectées par ce champignon et 13 sont en voie d’extinction tandis que 3 ont d’ores et déjà disparu.

Les scientifiques qui étudient ce phénomène pensent que ce champignon serait devenu mortel pour les batraciens en raison des changements climatiques ou de la modification de facteurs environnementaux : l’intensité du rayonnement ultraviolet ou l’augmentation de la salinité des milieux marins réduiraient le système de défense immunitaire.

Enfin, "l’insatiable appétit de l’homme est la raison principale de la disparition de certaines espèces : sur l’île de la Dominique, une variété de grenouille arboricole est en voie de disparition car elle finit souvent dans nos assiettes."

[Source : Courrier International – juillet 2007].